Des militants se collent la main sur le bitume à la super glu pour bloquer la circulation, d’autres s’enchaînent au filet de tennis de Rolland-Garros pour alerter sur le fait qu’il ne nous reste plus que 3 ans pour conserver un monde "vivable"...

Vidéo Draw my economy 31:39

00:00 Urgence Climatique.
02:00 La « remise à zéro » est scientifiquement infondée (+ fragilités des modèles de simulation sur le climat).
10:18 La « remise à zéro » est catastrophique pour l’Homme et en particulier pour les plus pauvres (+ nécessité démontrée du CO pour nourrir une population qui augmente).
23:09 La « remise à zéro » est impossible (+ Désaccords de la Chine et de l’Inde).
24:45 Si c’est scientifiquement infondée, catastrophique pour l’Homme et impossible à réaliser, Pourquoi ce discours de l’Occident?


2 Commentaires:

Bruxelles assassine l'industrie européenne.
Retenues d’eau : stop à cette mascarade!

Il ne nous reste plus que 3 ans pour réduire nos émissions de CO2 ? François Gervais est accrédité par le GIEC comme expert reviewer de ses deux derniers rapports. Son analyse est très différente de ce que nous disent les médias et les gouvernements au sujet du réchauffement climatique.

Le livre de François Gervais, Impasses climatiques est disponible aux éditions l'Artilleur:

Impasses climatiques
Impasses climatiques, le livre de François Gervais

Sous l’impulsion du GIEC, suivi par les ONG et les médias, les responsables politiques ont décidé que les pays développés, Europe et France en tête, devaient renoncer aux énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon) d’ici 2050.

Il s’agit de ne plus émettre un gramme de dioxyde de carbone (CO ) car ce gaz serait responsable d’un « dérèglement » du climat qui entraînerait un réchauffement catastrophique de la température mondiale.

Le coût de ce « great reset » est estimé aux environs de cent mille milliards d’euros, soit l’équivalent d’un triplement de la dette souveraine mondiale.

Accrédité par le GIEC comme expert reviewer de ses deux derniers rapports AR5 et AR6, le physicien François Gervais montre dans ce livre que cette « remise à zéro » est scientifiquement infondée, catastrophique pour l’Homme et en particulier pour les plus pauvres, et enfin nocive pour la planète.

Désaccords de la Chine et de l’Inde, fragilités des modèles de simulation sur le climat, nécessité démontrée du CO pour nourrir une population qui augmente, il expose les très nombreuses et très graves contradictions que véhicule ce discours alarmiste sur le climat. Pour éviter le retour à la précarité énergétique et la hausse dramatique de la pauvreté, il est temps pour l’Occident de reprendre ses esprits, ceux de l’analyse factuelle et scientifique.

Commentaires

0
Elie Bauer
2 semaines ya
Bruxelles assassine l'industrie européenne Il y a 3 mois, l’UE votait l’interdiction des voitures thermiques d’ici 2035.
Comme toujours, on a expliqué aux Français l’avancée que cela représenterait pour le climat… Sans leur présenter le montant de la facture.

Depuis 3 mois, le constat des experts est pourtant sans appel :

Cette mesure est un assassinat programmé de l’industrie européenne et les bénéfices pour l’environnement sont discutables.

Des voitures plus chères… Et du chômage.

Si on en croit les spécialistes, interdire les voiture thermiques pose de nombreuses difficultés : Les voitures électriques coûtent 50% plus cher que les voitures thermiques. Et ce prix pourrait encore augmenter :

Cette interdiction ne ferait qu'exacerber les tensions sur les marchés déjà tendus des “métaux rares” (lithium, cobalt, mercure…), nécessaires à la fabrication des batteries.

Il est toujours périlleux de se lancer dans des prévisions, mais on peut raisonnablement penser que le prix moyen d’une voiture neuve grimpera d’au moins 10 000 euros. Le risque est que la voiture devienne un bien de luxe, réservé aux mieux lotis.

La demande de voitures s’effondrerait, et avec elle l’industrie automobile européenne. Cela viendrait menacer l’emploi des 400.000 personnes travaillant dans cette industrie en France.

A ces difficultés économiques s’ajoutent de basses considérations pratiques :
Pour passer au tout électrique il faudrait passer de 60,000 bornes de recharge à… 1.000.000. Pour vous donner un ordre de grandeur, il faudrait remplacer chaque station service par 70 bornes de recharge.

Nous n’avons pour l’heure aucune garantie qu’il soit possible de réaliser de tels aménagements.

Une solution écologique, vraiment ?

L’UE estime que l’interdiction des voitures thermiques participe à l’effort de réduction des gaz-à-effet de serre. Mais cette affirmation est discutable pour deux raisons :

Tout d’abord, la production de voitures électriques amène son propre lot de dégradations de l’environnement.

L’extraction des métaux rares nécessaires à la production de batterie pose de graves problèmes environnementaux :
- Destruction de la végétation naturelle et des terres agricoles,
- Dégradation des sols,
- Pollution de l’eau,
Production de déchets radioactifs…

Mais surtout, une voiture électrique n’émet moins de CO2 qu’une voiture thermique que si l’énergie pour produire l’électricité qui la fait rouler est décarbonée.

Or, depuis la guerre en Ukraine, l’Europe subit une crise énergétique qui a poussé des pays comme l'Allemagne à relancer leurs centrales à charbon (qui émettent énormément de CO2).

L’objectif de protéger le climat est louable… Mais on ne peut pas exclure que cette loi produise l’effet inverse et augmente nos émissions !

L’enfer est pavé de bonnes intentions”... Probablement aussi d’une bonne couche de réglementation absurde et de technocratie.

Une décision intenable.

Je ne crois pas que cette solution sera politiquement tenable. Des séniors en passant par les personnes vivant en milieu rural, trop de gens n’ont pas d’autre choix que de prendre leur voiture. Et la plupart d’entre-nous n’avons pas les moyens de rouler en Tesla.

Nos élites sont aveuglées par leurs bonnes intentions, mais je crois qu’elles finiront par être rattrapées par cette réalité. Elles seront contraintes de faire machine arrière et d’autoriser la vente des voitures thermiques.

L’industrie automobile est le moteur économique de l’Allemagne… Qui elle-même est le moteur de l’Europe. L’Europe ne peut pas se permettre de saborder son tissu industriel. Surtout pas maintenant que l’Euro n’a jamais semblé aussi fébrile.

Amicalement.
Like J'aime Répondre | Répondre en citant | Citer | Signaler un commentaire
0
Florent Cavaler
1 mois ya
Retenues d’eau : stop à cette mascarade ! Nous venons de vivre un épisode de canicule et de sécheresse extrême. Pourtant, des retenues d’eau, dont le but est d’irriguer les grandes cultures, continuent d’être édifiées, notamment dans les Deux-Sèvres où 16 nouvelles structures sont prévues ! (a)

Le problème c’est que ces énormes constructions captent l’eau des nappes phréatiques, dont le niveau est au plus bas ! (b)

Alors que l'on demande aux Français de rationer leur consommation d’eau, les autorités continuent à travailler sur ces gigantesques projets de retenues d’eau, et d’assécher les sous-sols.

Je vous propose de découvrir et de partager au plus vite la pétition de mon amie Florence pour limiter ce non-sens écologique.
https://click.mail1.puresante.info/?qs=b5f2455b03e3caf596a0f1a5204bbba69b3396697358bb420a30b33c0fa074f1e6d84d6d90867f03bc6b7e60838eab8b019cc896c8cd90becbc6ed3769a08a5a

Amicalement.

Sources :
(a) https://objectifaquitaine.latribune.fr/agroalimentaire/2022-06-15/faut-il-encourager-l-implantation-de-retenues-d-eau-en-agriculture-pour-lutter-contre-la-secheresse-thierry-boudaud-agriculteur-face-a-christine-graval-elue-ecologiste-919957.html
(b) https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/secheresse-le-niveau-des-nappes-phreatiques-baisse-dans-presque-toute-la-france-1413194
Like J'aime Répondre | Répondre en citant | Citer | Signaler un commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer