C’est une cabale comme on en a rarement connu dans le domaine de la médecine.

Le nombre de morts dont on accuse le coupable ? Zéro.
Ce qu’on lui reproche ? De prendre soin des gens... sans que l’on comprenne vraiment comment...

Figaro Live 51:05

Son portrait-robot ? Un petit tube de granules blancs.

On s’étonne encore de ne pas avoir croisé ce genre de panneaux placardés sur les murs en ville.


2 Commentaires:

Harcèlement médiatique.
Le sale coup des anti-homéo.


Mais pourquoi en veut-on tellement à l’homéopathie ?
C’est LA question à 10.000 dollars. 
Malheureusement, la réponse ressemble fort au scénario d’un film mafieux…


L’incroyable histoire du rapport Canberra

Nous sommes en Australie, en 2012.

Le NHMRC (l’organisme australien de recherche sur la santé) lance une vaste étude visant à déterminer l’efficacité de l’homéopathie dans les traitements de diverses pathologies.
Le rapport tarde à être publié, et ça n’est que 3 ans plus tard qu’il voit le jour. 

C’est une immense claque pour l’homéopathie. 

Il conclut sobrement que l’homéopathie est inefficace pour tous les problèmes de santé. Rien que ça. (Bizarrement, aucun médecin homéopathe n’a pris part à l’étude…) 
Malheureusement, ces conclusions, qui semblent en arranger certains, sont très reprises par les grands médias1

L’homéopathie prend du plomb dans l’aile.

Mais rapidement, des associations australiennes s’interrogent : le rapport semble amputé, les conclusions incomplètes, l’ensemble ne paraît pas très sérieux. 
Et en effet, 4 ans plus tard, la mascarade est enfin découverte : le rapport de 2015 est effectivement incomplet … et donc inexact dans ses conclusions.

La directrice de l’organisme finit par le reconnaître :
" Contrairement à certaines affirmations, l'examen n'a pas conclu que l'homéopathie était inefficace2 "

Mais les associations ne se contentent pas de cette déclaration tiède, et ne relâchent pas la pression : elles sont persuadées que le vrai rapport, celui de 2012, a été enterré.

Une pétition est alors lancée. 
Sous le nom « Release the first report », elle exige que le premier rapport soit publié dans son intégralité.
C’est enfin chose faite en août 2019. Et quel retournement de situation incroyable !

Le rapport originel indique qu’il existe bien : 
« des preuves encourageantes de l’efficacité de l’homéopathie » dans cinq états pathologiques : 

  • les otites ; 
  • les pathologies infectieuses des voies respiratoires chez l’adulte ;
  • les effets secondaires de traitement anticancéreux ;
  • la fibromyalgie ; 
  • l'iléus post-opératoire3.
Que s’est-il passé entre 2012 et 2015 ? L’enquête est encore en cours.

Mais, me direz-vous, tout cela se passe de l’autre côté du globe, pas d’inquiétude chez nous…
Hélas non.


Histoire d’une cabale

Chez nous aussi, l’homéopathie est victime d’une véritable chasse aux sorcières depuis quelques années. 

Tout commence à Bruxelles.

Première étape : lobby à Bruxelles

En 2017, le conseil scientifique des académies des sciences européennes (EASAC) publie un rapport mettant en doute l’efficacité de l’homéopathie4

Il conclut qu’ « il n'existe, pour aucune maladie, aucune preuve, scientifiquement établie et reproductible, de l’efficacité des produits homéopathiques. » Mais concède qu’il y a « parfois un effet placebo »

Il ajoute même (c’est un comble !) qu’elle fragilise « la confiance des patients et du public envers la démarche scientifique fondée sur les preuves ».

Conclusion : sans surprise, cette académie exige : 
  • le déremboursement des produits et services homéopathiques (autrement dit les granules et consultations) ;
  • un encadrement plus strict de la publicité autour de l’homéopathie.  

Deuxième étape : appels à l’interdiction en France

La France s’empare peu après du sujet et, le 18 mars 2018, une tribune révoltante paraît dans le Figaro, à l’initiative de 124 « professionnels de santé »5

On a rarement lu une tribune aussi accusatrice, violente et bafouant si ouvertement notre liberté de choix médical.

L’homéopathie est traitée d’ « irrationnelle », de « dangereuse », de « coûteuse ». Et j’en passe.

Sous couvert de dénoncer des pratiques « ésotériques »« peu scrupuleuses » et menées par des « charlatans utilisant la caution morale de leur titre de médecin », ces 124 cerbères exigent « instamment » :
  • le déremboursement de l’homéopathie (ce qu’ils ont obtenu) ;
  • la non-reconnaissance des diplômes d’homéopathie (ce qu’ils ont aussi obtenu) ;
  • l’interdiction aux médecins qui pratiquent l’homéopathie de faire état de leur titre !!

Rien que ça…
Pourquoi une telle haine ?

Ces « 124 » ont-ils pris la plume pour dénoncer les dangers du Lévothyrox ?  NON !

Sont-ils montés au créneau pour faire interdire le Mediator ? Ou la Dépakine, qui a causé, faut-il le rappeler, des malformations chez 14.000 bébés français6?  Deux fois non.

Pourtant, leur manipulation marche.
Troisième étape : le déremboursement 

En août 2018, Agnès Buzyn, ancienne Ministre des Solidarités et de la Santé, saisit la Haute Autorité de Santé qui conclut que l’effet de l’homéopathie est comparable à celui du placebo. 

Ce résultat justifie selon elle le déremboursement de ces remèdes, mesure qu’elle annonce en juillet 2019.
En janvier 2020, l’homéopathie n’est donc plus remboursée qu’à hauteur de 15 % (contre 30 % avant). 
Et depuis 1er janvier 2021, elle n’est plus du tout remboursée7.

Quatrième étape : fin des praticiens ?

Surfant sur la vague d’annonce de 2019, le Collège National des Généralistes Enseignants (CNGE) publie une lettre ouverte8 au Ministre chargé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. 

Ils demandent carrément que la spécialité “homéopathie” disparaisse des cursus d’enseignement.

À ce jour, aucune décision n’a encore été prise dans ce sens, mais certaines universités ont déjà décidé de suspendre leur DU (diplôme universitaire) d’homéopathie, comme les facultés de Lille, Angers, Poitiers ou Lyon. 

Ne baissons pas les bras ! De bonnes nouvelles existent aussi, comme la création toute récente d’un DIU (diplôme interuniversitaire) d’homéopathie entre les facultés de Reims, Brest et Marseille qui devrait démarrer en octobre 2022. Les facultés de Lyon  et de Bobigny pourraient aussi rejoindre ce projet.

France Culture3:55

Sources :

[1]  https://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/03/16/23516-rapport-demontre-linefficacite-lhomeopathie
[2]  https://www.hri-research.org/wp-content/uploads/2019/08/Draft-annotated-2012-homeopathy-report.pdf
[3]  https://www.hri-research.org/wp-content/uploads/2019/08/Draft-annotated-2012-homeopathy-report.pdf
[4]  https://www.academie-sciences.fr/pdf/communique/easac_290917.pdf
[5]  https://sante.lefigaro.fr/article/l-appel-de-124-professionnels-de-la-sante-contre-les-medecines-alternatives-/
[6]  https://www.lepoint.fr/sante/la-depakine-a-fait-au-moins-14-000-victimes-05-04-2017-2117519_40.php
[7]  https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A13559#:~:text=Le%20remboursement%20des%20pr%C3%A9parations%20hom%C3%A9opathiques,du%201er%20janvier%202021.
[8]  https://www.cnge.fr/lettres_et_communications_du_president/lettre_ouverte_du_cnge_lenseignement_de_lhomeopath/

Commentaires

0
Jean-Marc Dupuis
2 mois ya
Le sale coup que les anti-homéo s’apprêtent à réaliser Avec le déremboursement de l’homéopathie en janvier 2021, les militants anti-homéo pensaient avoir tué définitivement l’homéopathie...

Grande nouvelle, ils ont raté leur coup !

L'homéopathie est toujours bien vivante, malgré les nombreux obstacles qu’elle rencontre !
1. Les patients lui restent tellement fidèles que 85 % d’entre eux sont même prêts à payer plus cher pour continuer à y avoir accès (1) ! ;
2. 20 % des homéopathes auraient observé une hausse de leur patientèle depuis le déremboursement (2) ;
3. On murmure même dans les couloirs de l’Assemblée que l’homéopathie pourrait s’inviter avec à la clef un retour du remboursement à 15 ou même 30 % des granules (3) !

Les fanatiques “tueurs” de granules blancs sont évidemment FURIEUX !

Du coup, ils ont décidé de passer à la vitesse supérieure et d’enclencher les étapes suivantes de leur stratégie de mise à mort.

Étape 1 : Dérembourser totalement tous les médicaments homéopathiques. Chacun pourra juger que ces 124 « spadassins » ont été entendus par les Autorités. Si votre médecin vous prescrit de l’homéopathie, c’est maintenant à votre charge à 100 %.

Étape 2 : Ne plus reconnaître les diplômes d’homéopathie. C’est l’une des principales recommandations des ennemis des « médecines alternatives ». Il faut bien admettre que là aussi leur désir s’apprête à devenir réalité. Les Universités de Lille et d’Angers ont suspendu ou supprimé leur diplôme d’homéopathie. Il devient de plus en plus difficile pour un jeune médecin de se former. Le nombre d’homéopathes va donc fondre comme neige au soleil.

Étape 3 : Interdiction aux médecins qui pratiquent l’homéopathie de faire état de leur titre. Ce sera le coup de grâce définitif. Car seul un médecin a le droit de prescrire l’homéopathie. Si celui-ci veut continuer à prescrire de l’homéopathie, il ne pourra plus le faire en tant que… médecin. On entrera dans une zone grise absurde qui découragera tous les médecins-homéopathes !

D’un côté on freine la demande en augmentant les prix, de l’autre on diminue l’offre en empêchant les homéopathes d’exercer.

Si cela ne ressemble pas à une exécution froide et préméditée...

le salut de l’homéopathie viendra uniquement si elle est pratiquée et plébiscitée à grande échelle par le plus de monde possible !

On le voit : la plupart des scientifiques et des médias ne comprennent pas cette discipline et ne veulent rien en connaître.

Il ne sert à rien d’essayer de les convaincre. Je ne vous demande donc pas de signer une « nième » pétition qui sera accueillie avec indifférence par le Ministre.

La solution consiste à nous approprier collectivement les grands principes de cette discipline pour la pratiquer en autonomie.

C’est par la pratique de l’homéopathie que nous pourrons maintenir cette discipline vivante en France.

Je vous propose donc de suivre une mini-série de lettres d’initiation intitulée « Sauvons l’homéopathie » qui va vous donner les bases de l’utilisation de cette médecine du peuple.

Cette mini-série est gratuite et je vous invite à la rejoindre en cliquant ici: https://premium.nouvelle-page-sante.com/hom08-oj-ldv-remede-bdc/index.html

Ce commentaire est aussi destiné aux personnes qui sont prêtes à réviser leurs convictions et leurs préjugés sur l’homéopathie. Si vous faites partie de ces personnes, alors cliquez ici: https://premium.nouvelle-page-sante.com/hom08-oj-ldv-remede-bdc/index.html

A très vite,

Sources :
[1] https://www.snmhf.net/images/CP_Sondage_SNMHF_Juin_2021.pdf
[2] https://www.snmhf.net/images/CP_Sondage_SNMHF_Juin_2021.pdf
[3]https://www.lequotidiendumedecin.fr/liberal/exercice/homeopathie-apres-le-deremboursement-total-les-pro-granules-ne-desarment-pas
[4] https://www.lequotidiendumedecin.fr/liberal/exercice/homeopathie-apres-le-deremboursement-total-les-pro-granules-ne-desarment-pas
[5] https://sante.lefigaro.fr/article/l-appel-de-124-professionnels-de-la-sante-contre-les-medecines-alternatives-/
[6] https://www.boiron.fr/qui-prescrit-les-medicaments-homeopathiques
Like J'aime Répondre | Répondre en citant | Citer | Signaler un commentaire
0
Laurent Tessier
2 mois ya
Harcèlement médiatique En France, il n’y a plus QUE 4.000 médecins spécialisés en homéopathie.

Les attaques permanentes des médias mainstream sont, ni plus ni moins, en train de tuer cette discipline pourtant hyper-populaire.

77 % des Français déclarent en effet avoir confiance en l’homéopathie1.

Mais il faut se rendre à l’évidence ces campagnes de presse :

  • Découragent les étudiants-médecins à se former à l’homéopathie ;
  • Mettent la pression sur les universités pour qu’elles cessent d’enseigner cette discipline.

J’affirme pour ma part que ces attaques mettent en danger la santé des Français.

Elles marginalisent l’homéopathie qui risque un jour de n’être prescrite plus que par des personnes sans formation médicale.

J’ai décidé de ne pas attendre ce point de non-retour.
J’ai pris une décision importante : j’ai mis au point une méthode solide avec l’un des médecins homéopathes les plus doués de sa génération.

Le but : vous rendre autonome pour utiliser en toute sécurité l’homéopathie contre 78 problèmes de santé courants.

Je vous résume cette initiative ICI: https://premium.nouvelle-page-sante.com/hom08-oj-ldv-remede-bdc/index.html
Like J'aime Répondre | Répondre en citant | Citer | Signaler un commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer